CONFRÉRIE DE LA DELICIEUSE OIE DU GAY SAVOIR EN BIEN MANGIER DE VISÉ

 

La Confrérie de la Délicieuse Oie du Gay Savoir en Bien Mangier de Visé a vu le jour en 1987.

Elle a pour but le maintien et le développement de la recette séculaire de l'Oie "à l'Instar de Visé", recette qui fait partie du patrimoine culturel et gastronomique de notre Bonne Ville de Visé.

Elle a pour but également, la promotion des produits de l'oie et l'organisation de toute manifestation en sa faveur.

Durant l'année, la Confrérie de la Délicieuse Oie n'a de cesse de sillonner la Basse-Meuse gastronomique afin qu'une majorité de restaurateurs proposent à leur carte la fameuse recette de l'Oie "à l'Instar de Visé", recette qui ravit depuis toujours, gourmets et gourmands.
Nos Visétois sont conscients qu'à notre époque, trop de gourmets influencés par les défenseurs d'une nouvelle cuisine souvent trop inventive, reconnaissons-le, oublient les richesses de notre vraie cuisine régionale. C'est pourquoi les fondateurs de la Confrérie tiennent à rappeler que l'oie était dans les siècles passés, très estimée gastronomiquement des grands de ce monde et domestiquée depuis des temps reculés. Ce grand oiseau s'il a charmé notre enfance avec son jeu, fait partie de nos souvenirs historiques avec l'épopée des oies du Capitole.
Mais le prestige de l'oie a, on ne sait pourquoi, diminué et son nom est devenu synonyme d'une femme niaise. Côté culinaire, l'oie a cependant gardé un prestige gastronomique certain avec le foie gras et les délicieux confits du Sud-Ouest de la France, sans oublier la finesse de sa graisse. Malheureusement, les rôtisseurs ou "ayers" du Moyen-âge ont disparu et certains, qui se parent encore de ce titre, ne sont que trop souvent des imitateurs vendant un poulet d'élevage industriel fade et sans goût si ce n'est celui de la farine de poisson qui l'a nourri.
L'oie par contre, a conservé toute sa saveur, il est vrai que sa chair est grasse mais ses calories sont souvent les bienvenues en période de froidure.

Notre devise : «Oie un jour, oie toujours !»

Si vous souhaitez déguster notre recette, la confrérie organise chaque année, le 11 novembre à la salle des Francs Arquebusiers, un repas intitulé "L'Oie de la Saint-Martin".
Cette tradition ancestrale a une origine historique : « Le 11 novembre, à la Saint Martin, dans une grande partie de l’Europe, suivant la tradition, on mange l’oie de la Saint-Martin rôtie le soir, dans une ambiance de fête, pour punir les oies qui avaient trahi Martin de Tours quand il se cachait pour ne pas être nommé évêque ».
Au cours de ce repas simple, vous pourrez (re)découvrir notre recette de l'Oie à l'Instar de Visé, préparée par la Confrérie. Vous y êtes d'ores et déjà cordialement invités.

Notre prochain chapitre aura lieu le samedi 13 octobre 2018.

 

CHAPITRE :

CONTACT :

TEL :

E-MAIL :

le second samedi d'octobre.

M. Paul DELEPINE - rue du Long Fossé 127 - 4684 HACCOURT

0494/68.06.19

delepine.paul.laurent@hotmail.com

   

 

Les dignitaires portent une cape bleu marine liserée de satin azur. Les membres portent au cou un médaillon à l'effigie de l'Oie parée comme un rôtisseur prêt à déguster ... une oie. Les couleurs bleu et blanc de la médaille et du ruban sont celles de la Ville de Visé.

L'Oie à l'Instar de Visé

Cette recette remonterait au 16ème siècle, mais son "inventeur" est resté inconnu. Au 18ème siècle, le Régiment national de Liège se rendit en manœuvres à Visé. Les officiers dégustèrent la célèbre oie, mais les hommes de troupe ne reçurent que de la salade. Voilà pourquoi les soldats liégeois de l’Ancien Régime se virent affublés du sobriquet de "mangeurs de salade".
La recette n'est pas simple et demande assez bien de travail mais c'est une recette à l'ancienne fort éloignée du "fast food" d'aujourd'hui.
De plus, l'oie c'est un peu comme les moules... il y a une saison. Il faut des oies de moins d'un an et n'ayant jamais pondu, et à l'inverse du steak frites, sa préparation est longue et difficile.

Vous trouverez la recette ici.

Lors du congrès du Ceuco (Conseil européen des confréries œno-gastronomiques) qui s'est tenu à Perpignan en novembre 2015, notre confrérie a été sacrée "Meilleure Confrérie Européenne".
Ce congrès annuel réunit les représentants des confréries de bouche de différents pays européens, comme la France, l’Italie, la Grèce, l’Espagne et la Belgique. Mais il existe aussi des confréries à Macao !
Au total, 101 confréries étaient en lutte pour le prix suprême. Durant une semaine, nous avons participé à la réunion annuelle. Comme l’objectif des confréries est de conserver et de promouvoir un savoir, nous en avons bien profité. Ce voyage s’est terminé sur les chapeaux de roues. Sur les 101 candidats, huit ont été choisis pour la grande finale. Finalement, nous avons été appelés sur le podium pour recevoir le prix le plus prestigieux. Ce dernier est plus honorifique qu’autre chose : il s’agit d’un trophée et d’une écharpe, mais il récompense un réel savoir-faire et une recette authentique.

 

La médaille de la confrérie.

 
 
Retour à la liste des confréries