CONFRÉRIE DES VIGNERONS DU PETIT BOURGOGNE

 

La confrérie des Vignerons du Petit Bourgogne fut fondée en 1973 pour relancer la culture de la vigne. "Cent fois sur le métier", ses membres se remettent à l'ouvrage pour redonner vie à une activité qui fut, depuis 1092, présente sur les versants mosans qui allaient de Namur à Vivegnis. Les vignobles qui couvraient les coteaux de Sclessin produisaient un vin rouge de qualité.

Qualité appréciée par les armées françaises qui, au fil du temps, déferlèrent sur la région, et qui ne tarissaient pas d'éloges pour le "petit bourgogne" de Sclessin. Ils ne pensaient pas si bien le qualifier, puisque les cépages et leurs proportions étaient 2/3 de gamay et 1/3 de pinot noir, ce qui est toujours actuellement la composition du...passe-tout-grain.

Laissons passer le temps et arrêtons-nous en 1783, quand un certain CHARDON, représentant de commerce dijonnais, écrivait : "Ce qui nous nuit encore beaucoup en Allemagne, ce sont les vins liégeois! On préfère aux nôtres ces vins que l'on qualifie de bourgogne."

Quant à Georges FOSTER, il vantait encore en 1790 le talent des Liégeois à fabriquer des crus français en n'employant que le jus de leurs raisins. Et puis...John COCKERILL arriva et ce fut l'implantation de l'industrie lourde et l'exploitation à outrance des houillères. Ces entreprises offraient aux fils des vignerons des salaires hebdomadaires garantis et un travail à l'abri des intempéries; ce qui n'était pas le cas pour la vigne, pour laquelle les mauvaises années menaient directement à la misère. Les vignobles furent désertés et leur disparition remonte à la fin du XIXe siècle.

Notre prochain chapitre aura lieu le dimanche 8 septembre 2019.

 

CHAPITRE :

CONTACT :

TEL :

E-MAIL :

le second dimanche de septembre.

M. Fernand Dony - rue Le Sart 4 - 4540 AMAY

085/31.45.17

marieclaire.dony@skynet.be

   

 

Le but principal de la confrérie est de maintenir vivace le souvenir des vignerons de Sclessin dont les vins furent réputés dans toute l’Europe du Nord.

Elle défend donc le « Petit Bourgogne » qui n’est hélas plus produit sur les coteaux de Sclessin, mais qui vient directement de… Bourgogne. Lors du chapitre, le boudin de Liège, un boudin blanc abondamment persillé, est également mis à l’honneur.

Lors du chapitre, l'épreuve subie par l'intronisé est particulière et amusante.
Il s'agit de déboucher une bouteille de « Petit Bourgogne » avec un tire-bouchon imposé par le Maître de Chais qui le choisit dans tout un assortiment, dont certains ont la vrille inversée et qu’il faut tourner à contresens. Si cette première épreuve est réussie, la seconde est plus classique puisqu’il s’agit de déguster le vin ainsi débouché. Les spectateurs apprécient la dextérité de certains mais aussi la maladresse d’autres.

 
 
Retour à la liste des confréries