ROYALE CONFRÉRIE DU MATOUFÉ

 

La Royale Confrérie du Matoufé a été fondée officiellement le 26 avril 1961 et la charte a été déposée le 29 avril entre les mains de Monsieur A. Ledoux, bourgmestre-sénateur de Marche-en-Famenne.
Le mardi 4 juillet 2017, elle a reçu le titre de "Royale" au palais provincial d'Arlon, des mains de Xavier BOSSU, Commissaire d'Arrondissement et Chef de Cabinet du Gouverneur Olivier SCHMITZ.

Dans son article premier, la charte stipule :
La Confrérie du Matoufé, issue du Syndicat d’Initiative de la ville de Marche-en-Famenne, a pour but, en tout honneur et dignité, de veiller au grandissement du commerce et du folklore marchois.
Elle offre à tous, moyennant devoirs, l’exploitation lucrative de La Grande Alléchance et Renommée Succulence de l’héritage commun nous venant de notre bien-aimé terroir famennois : la spécialité marchoise, le Matoufé.

Leur devise : "Noblesse oblige"

Notre prochain chapitre aura lieu le samedi 14 avril 2018.

 

 

CHAPITRE : 2ème samedi d’avril.

CONTACT : M. Olivier DALCETTE - rue des Champs 47 - 6900 MARCHE EN FAMENNE

TEL : 084/31.12.37

E-MAIL : confrerie.matoufe@tvcablenet.be

FACEBOOK : Consultez notre page ici.

 

 

 

LE MATOUFÉ

On écrit "matoufé" ou "matoufèt". Qu'importe l'orthographe pourvu qu'on s'en régale. C'est à la Famenne que son nom est le plus étroitement lié. Cette préparation au demeurant délectable est émouvante par sa simplicité même. Parce que c'est sans doute à cette simplicité qu'elle doit d'abord de remonter au plus lointain passé et aussi d'être la compagne privilégiée de toutes les manifestations populaires.
Fêtes carillonnées ou fêtes de famille, toutes les occasions sont bonnes pour se rassembler autour de ce véritable symbole de la convivialité et du plaisir d'être ensemble.

Le Matoufé

La recette :

Pour quatre personnes :
- 200 gr de lard maigre salé mais non fumé.
- 1 cuiller à soupe de farine.
- 2 tasses de lait.
- 1 tasse d’eau.
- 8 œufs entiers.
- Sel (attention le lard est déjà salé) et poivre.

Dans une poêle à larges bords, faire rissoler le lard coupé en lardons. Retirer l’excès de graisse. Pendant ce temps, mélanger le lait, l’eau, la farine. Ajouter les œufs. Battre vigoureusement et assaisonner.
Verser ensuite dans la poêle avec le lard. Cuire en remuant sans cesse (comme des œufs brouillés).

Servir chaud accompagné de pain gris : on étale une bonne couche de matoufé sur le pain et on déguste bien chaud.

Avant d'aller travailler aux champs ou au bois ou en rentrant d'une belle promenade au grand air ça vous "requinque" petit ou bon mangeur.

La confrérie assure aussi la promotion d'un élixir, une liqueur à base de plantes et qui est verte comme les couleurs de leur bonne ville de Marche-en-Famenne.

Le costume de la Confrérie

Ancienne cité de commerçants et d'artisans, Marche offrait le choix. N'avait-elle pas abrité des chapeliers qui fabriquaient le haut-de-forme gris Epsom et en avaient exporté jusqu'à 4 mille pièces par an en pays de Liège et vers Aix-la-Chapelle ? Pourquoi ne pas faire revivre leur souvenir ?

Les bourgeois marchois du siècle dernier portaient volontiers le sarrau bleu, non pas le simple sarrau mais bien le plissé, qui les différenciait du petit peuple travailleur. Le dimanche, ils revêtaient la chemise blanche avec le col haut aux coins cassés, ornée d'une lavallière. Il n'en fallait pas plus pour que le sarrau plissé, chemise blanche et lavallière retrouvent le droit de cité.

Comme il était de bon ton de faire référence à la cuisine, le pantalon choisi fut le pied-de-poule bleu et blanc du maître-queux. Toutefois, à l'usage il se révéla difficile à porter, non pas pendant les cérémonies, mais à l'issue de celle-ci, quand les membres des autres confréries abandonnaient robes et simarres pour se retrouver en civils. Pour suivre le mouvement, il fallait aux Marchois troquer le pied-de-poule pour un autre froc. Ce qui impliquait parfois des débuts de strip-tease pour le moins cocasse. Un jour, la sagesse l'emporta et le pantalon gris fit apparition dans le costume.

Les messieurs n'avaient pas oublié que leurs parents et grands-parents maniaient volontiers la canne. Celle qu'ils se choisirent est en bambou avec pommeau d’œuf. L'ensemble est complété de gants blancs.
Les dames, elles aussi, ont modifié leur costume au cours de ces trente-cinq ans, adoptant la jupe grise, la blouse blanche et la cravate lavallière noire, le corselet de couleur, le chapeau Epsom et les gants Blancs.
Par temps frisquet, elles complètent l'ensemble d'une cape.



Notre costume

La médaille de la Confrérie



Notre médaille

 
 
 
Retour à la liste des confréries
e-mail