GUILDE DU MUTIAU

 

La guilde a été créée dans les esprits de cinq amis épicuriens amoureux de leur ville en 2010 à la suite du rassemblement annuel des confréries qui s'était déroulé à Tournai cette année-là. Elle a été officialisée le 13 janvier 2014.
Sa mission : promouvoir et valoriser la gastronomie tournaisienne en général et le mutiau en particulier. Ils souhaitent également défendre les artisans locaux s’investissant avec passion et savoir faire dans la fabrication de produits de bouche de qualité.

Nous ne tiendrons pas de chapitre en 2018.
Notre prochain chapitre aura lieu en janvier 2019.

 

CHAPITRE :

CONTACT :

TEL :

E-MAIL :

FACEBOOK :

3ème dimanche de janvier.

M. Jean-Michel VAN DE CAUTER - Grand Place 63/3 - 7500 TOURNAI

0472/94.93.73

jmvdcauter@gmail.com

Consultez notre page ici.

 

 

En août 2010, lors du rassemblement annuel des confréries gastronomiques à Tournai, les cinq compères fondateurs avaient regretté que les spécialités tournaisiennes n’y soient pas représentées. Ils se voyaient bien défendre le mutiau, la salade tournaisienne ou la bière "La Tournay" aux côtés des autres spécialités wallonnes.
Trop de personnes se trompent encore de lundi quand la tradition de janvier arrive, ne connaissent pas le gâteau Clovis, ne savent pas où trouver les vrais Ballons de Tournai ou ignorent que l’on peut boire un Tournaisien. C’est tout cela que la Guilde du Mutiau veut et va défendre.

C 'est ce 31 mai que la guilde a officiellement intégré le Conseil Noble du Hainaut. Une présentation des buts, objectifs et projets a fait place à un vote unanime des nombreux membres présents avant une superbe journée de visites, d'échanges et de rencontres avec les autres confréries hennuyères. Place maintenant à deux années de stage et d'observation avant d'évoluer dans la cour des grands ! Les projets et représentations extérieurs ne manquent pas. Notre marraine est la Confrérie des Potiers de Bouffioulx.

La tradition du Lundi Perdu, ou Lundi Parjuré, est très vivace à Tournai.
C'est le lundi qui suit l'Epiphanie (6 janvier) que tout bon Tournaisien qui se respecte se doit de déguster le fameux lapin.
L'expression du "Lundi parjuré" se perd tellement loin dans le temps, qu'on ne sait plus précisément de quel parjure il s'agit.
Quant à l'appellation du "Lundi Perdu", elle vient du fait que pour célébrer la journée, le travail était arrêté, c'était donc une journée perdue pour le travail.
La tradition perdure encore aujourd'hui. En début de repas, on tire les "billets des Rois", afin d'attribuer à chaque convive un rôle déterminé, dont celui de "Roi". A signaler que chaque fois que le roi boit, les convives doivent boire aussi...

Le menu de ce "troisième réveillon" est le suivant :

Le premier plat : la petite saucisse.
Elle est servie avec de la compote ou du chou cuit au saindoux. Et pas de saucisse à bâtons qui est, certes, un plat tournaisien, mais que l'on ne sert pas traditionnellement ce jour-là.

Le second plat : le lapin aux preones et aux raisins.
Aussi appelé : le lapin à la tournaisienne.
Ingrédients : un lapin - des oignons - du sel et du poivre - un filet de vinaigre - un peu de cassonade (facultatif) - du thym - du laurier - du beurre - des prunes sèches et des raisins secs.
La recette : On fait roussir dans une casserole - en fonte de préférence - les morceaux de lapin et les oignons. On ajoute l'assaisonnement puis on arrose d'eau.
Pour bien respecter la tradition, la cuisson du lapin se fait toujours à l'eau et jamais à la bière, ni au vin, même si c'est meilleur ! N'oublions pas qu'il s'agit d'un plat de pauvres à l'origine.
Le lapin va mijoter, guernoter doucement en patois tournaisien. Il sera cuit quand la viande se détache des os mais le lapin ne doit pas se démêler. On ajoute les pruneaux et les raisins que l'on fait gonfler préalablement dans l'eau bouillante. On le sert avec des pommes de terre vapeur et jamais avec des frites ou croquettes. On peut le manger en buvant du vin.

Le troisième plat : la salade tournaisienne.
Ingréditents : salade de blé (mâche) - oignons cuits au four avec la pelure mais épluchés par la suite - pommes - chicons - choux rouge au vinaigre - haricots - assaisonnement.
A cette recette de base, on peut ajouter les ingrédients suivants : pissenlit - céleri-rave - betterave rouge - barbe de capucin. Mais pas de noix, de lardons, de dés de fromage qui sont des fantaisies de notre époque.
On ajoute l'assaisonnement et on fatigue bien la salade. Celle-ci se mange avec du mutiau, autre spécialité tournaisienne, une tête pressée finement hachée et garnie d'ail et de persil.

Dessert :
La galette des rois avec la fève.

Le Mutiau

La Mutiau de Tournay

Nous avons souhaité créer une bière propre à notre guilde. C'est lors de notre réunion du 16 juin 2014 que la recette de la nouvelle bière "La Mutiau de Tournay" a été mise au point. Notre Maître-Brasseur Laurent AGACHE nous a expliqué les différents houblons permettant d'obtenir les arômes recherchés.
Le premier brassin a eu lieu à la brasserie du Cazeau à Templeuve, le lundi 7 juillet 2014.

Cette excellente bière accompagne à la perfection le plat tournaisien typique. Constituée de 2 malts d’orge et de 3 houblons, la Mutiau saura plaire aux amateurs ainsi qu’aux « beer geeks ».
Elle est disponible suelement en bouteilles de 75 cl. Elle titre 6,1 %.

Notes de dégustation : Bière à découvrir.

   
 

Pour en savoir plus,

visitez le site de la confrérie

 
 
Retour à la liste des confréries
e-mail