tr>

CONFRÉRIE DE LA CITÉ DES BERNARDINS

 

Reconnue officiellement par le Conseil Noble du Hainaut le 27 février 1999, la Confrérie se fixe pour but de défendre les valeurs de la région et plus particulièrement de favoriser le rayonnement artistique, culturel et gastronomique de la Ville de Fleurus.
Elle défend entre autre le biscuit "le Bernardin" né en 1830.

Notre prochain chapitre aura lieu le dimanche 7 avril 2019.

 

CHAPITRE :

CONTACT :

TEL :

E-MAIL :

FACEBOOK :

1er dimanche d'avril.

M. Ruddy Chapelle - rue de Bonsecours 70 - 6220 FLEURUS

071/81.21.01 ou 0491/11.63.17

confreriedesbernardins@gmail.com

Consultez notre page en cliquant ici.

   

 

Les produits promus par la confrérie sont :

- Le Bernardin, petit biscuit dont la fabrication remonte à l'époque napoléonienne. (voir recette)
- La tarte au riz macaron, dite "Doreye di Fleuru".
- Le Pommeau des vergers de Fleurus, boisson liquoreuse que l'on sert à l'apéritif, au trou normand ou au dessert.

Le Bernardin

C'est un petit biscuit ovale fabriqué à base d'amandes, de sucre et de cassonade.
Sa couleur brun clair rappelle la robe brune des moines bernardins.

Le Pommeau de Fleurus

Les vergers de Fleurus, ce sont 5 hectares sur lesquels on retrouve 25 variétés de pommes.
Sont proposés à la vente: plusieurs variétés de pommes, du jus de pomme et le Pommeau de Fleurus qui, contrairement à celui de Normandie, est moins rond en bouche mais fait davantage ressortir le fruité des pommes fraîchement pressées.
L'entreprise a opté pour une culture sans pesticides chimique à partir de la fin de la floraison. Il n’y a donc aucun résidu de produits chimiques sur les fruits.
Le Pommeau est élaboré uniquement avec des pommes du verger du producteur, lesquelles sont maternées avec soin, selon les préceptes de la culture intégrée.
Cet élixir est obtenu par mutage du moût de pomme avec l’alcool de cidre.

La Tarte au riz macaron

Les jours qui précédaient les temps de fêtes dans toutes les maisons, les ménagères s’affairaient à pétrir quantité de tartes qu’elles allaient faire cuire chez leur boulanger.
Le samedi de Pâques, par exemple, dans toutes les rues, c’était une véritable procession de tartes au sucre, aux fruits et au riz.
En souvenir de cette tradition, l’artisan a eu l’idée de remettre au goût du jour une vieille recette du 19ème siècle.
Ainsi est née la "Doreye di Fleuru".
C’est une variante de la tarte au riz traditionnelle. Le fond de tarte est tapissé de macarons et recouvert de riz à la crème.

 

Pour en savoir plus,

visitez le site de la confrérie

 
Retour à la liste des confréries