EC1629
CONFRÉRIE DU COMTÉ DE BOUSSU

 

Depuis le 8 mai 2013, la commune de Boussu peut s’enorgueillir d’une nouvelle association : la Confrérie du Comté de Boussu, née du travail de sept passionnés du château. Elle a pour but de promouvoir, dans la joie et la bonne humeur, le château de Boussu, son histoire, celle de la Renaissance, les différentes formes artistiques de cette époque et les produits artisanaux locaux.
La Confrérie qui compte actuellement une septantaine de confrères a déjà organisé son premier chapitre en novembre 2013.
Elle organise régulièrement des manifestations au profit de la restauration et du développement du château.

La devise de cette très digne et fort plaisante confrérie est "GY SERAY BOUSSU", ce à quoi, en guise d’approbation, il faut répondre "A JAMAIS BOURGOGNE" en souvenir de notre passage historique sous la tutelle bourguignonne.

Notre prochain chapitre aura lieu le samedi 4 mai 2019.

 

CHAPITRE :

CONTACT :

TEL :

E-MAIL :

le premier samedi de mai.

M. Marcel Racquet - rue du Moulin 55 - 7300 BOUSSU

065/78.65.88

confrerie.comte.boussu@gmail.com

   

 

Outre la promotion du Château de Boussu, la confrérie promeut de nombreux produits de bouche : la tourte de blanc-manger, la bière "Cuvée du Château de Boussu", le pagnon borain et l’amer du château.

La bière "Cuvée du Château de Boussu" :

Il s'agit d'une bière de type ale blonde de fermentation haute élaborée à base de sarrazin (blé noir), une céréale qui apporte de la douceur et de la rondeur. Elle titre 6,2 % d'alcool et est conditionnée en bouteille de 75 cl.
Actuellement brassée à Boussu par la brasserie Deseveaux.

Notes de dégustation :
Bière blonde, mousse blanche crémeuse moyenne, pas de pétillance. Odeur moyennement houblonnée avec des notes de malt vert et très faiblement fruitée. Goût amer moyen, saveurs florales renforcées, faibles pointes d'agrumes, moyennement sèche en bouche, effervescence légère avec une astringence moyenne en fin de bouche.

 

La tourte de blanc-manger :

La tourte de blanc-manger est une recette de Lancelot de Casteau, décrite dans son "Ouverture de cuisine", un ouvrage datant de 1604.
Ancêtre de nos vol-au-vent et de nos pâtés en croûte, cette tourte de blanc-manger se compose de volaille (poule ou chapon) et de farine de riz, le tout cuit avec du lait de vache auquel on ajoute du sucre blanc, de l'eau de rose et un peu de sel.
Notre version "confrérie" s'adapte davantage à nos papilles du XXIème siècle : elle se compose de poulet cuit au bouillon assaisonné avec des herbes du jardin (laurier, thym, persil, sel, noix de muscade) et un peu d'eau de rose.

 

Le pagnon borrain :

"El pagnon boregne", le pagnon borain est une spécialité du Borinage (région de Mons). On déguste cette pâtisserie réconfortante pendant la période hivernale accompagnée d'un bon bol de café chaud.
Il s'agit d'une grosse tarte au sucre aromatisée de café.

 

L'amer du château :

Picon artisanal composé d'alcool, d'un peu de sucre de canne et d'extraits de plantes et de zestes d'orange macérés. A déguster très frais, nature ou sur glace, avec une tranche d'orange. Il titre 22°.
On peut aussi le déguster en "Picon-Bière" avec de préférence une bière brune de type "Bonsecours".
Il s'agit d'un apéritif préparé par la distillerie VUYLSTEKE à Boussu. C’est en 1959 que Lucien VUYLSTEKE s’installe pour y démarrer un commerce de vins fins et de spiritueux. En 1986, à son décès, Marie-Camille, sa fille, reprend l’affaire et continue à la developper.

 

 

Le Château de Boussu :

Récemment restauré en partie,le châtelet d'entrée du château de Boussu, première oeuvre architecturale de Jacques Du Brœucq, maître-artiste de l'empereur Charles-Quint.
Jacques Du Brœucq, né en 1505 à Mons, est un architecte et sculpteur des Pays-Bas méridionaux, Il est considéré comme l'un des artistes les plus importants de la Haute Renaissance dans les Pays-Bas méridionaux.
A la demande de Jean de HENNIN-LIÉTARD, premier Comte de Boussu, membre de l’Ordre de la Toison d’Or, premier et grand écuyer de l’Empereur Charles-Quint, il a bâti le château de Boussu dès 1539, dans le style de la Renaissance. Dernier vestige de l'œuvre de cet artiste génial, il est le témoignage unique et la synthèse la plus accomplie des deux grands courants artistiques en vogue à cette époque, le classicisme romain et le maniérisme bellifontain.

Il ouvrira ses portes, transformé en centre d'interprétation des lieux, au printemps 2015.

Le châtelet

 

   
 
Retour à la liste des confréries