ORDRE DES DAMOISELLES DE ROCHEFORT

 

Pendant cinq longues années, l'idée d'une confrérie a fait son chemin dans l'esprit de la Première Damoiselle Sophie et de sa soeur Aline. Depuis ses débuts oniriques, imbibés de folklore estudiantin, la confrérie a fait bien du chemin.
Un beau jour, Sophie révéla ses desseins à Valérie, Clémentine et Gwendoline. C'est ainsi que l'Ordre vit le jour en cet heureux après-midi de Saint-Amour. Et d'amour, il en était question. L'amour d'une ville pour commencer, de sa population, de son patrimoine et surtout de raviver l'esprit de communauté qui leur manquait tant dans la cité du rire.
Après maints débats, péripéties et hésitations, avec les conseils éclairés de deux parrains, la Confrérie de la Grusalle et de la Trappiste de Rochefort et la Confrérie des Toûrsiveux dè Gros Tiyoû de Havelange, elles sont finalement parvenues à un bourgeon de confrérie qui ne demandait qu'a éclore au grand jour. C'est ce qui est arrivé au cours d'un premier repas amical en octobre 2010.
Leur produit de bouche est une bouchée apéritive élaborée avec du fromage de Rochefort et qui s'appelle la "Croustisane".

Notre prochain chapitre aura lieu le samedi 28 juillet 2018.

 

 

CHAPITRE : dernier samedi de juillet des années paires.

CONTACT : Mme. Carine SCHAERS - rue du Hableau 59 - 5580 ROCHEFORT

TEL : 0473/56.65.88 ou 084/21.02.54

E-MAIL : damoiselles.rochefort@gmail.com

 

   

 

Bref historique :

Selon la légende, Josine de La Marck, comtesse de Rochefort et épouse de Jean-Théodore de Löwenstein, est morte en odeur de sainteté en 1626. Ces nobles châtelains n'avaient qu'un enfant encore au berceau. Un jour, il disparut sans que personne ne sache qui l'avait enlevé. L'alerte se répandit au château et dans toute la ville. Subitement, on aperçut l'enfant au sommet d'un toit. Il avait été hissé là par un singe apprivoisé, qui avait l'habitude de le bercer. La mère craignant le pire implora la Vierge, faisant vœu de lui bâtir une chapelle si son enfant était sauvé. Un spectateur eut alors l'idée d'apporter le berceau et de le mettre en mouvement. On se retira. Le singe qui avait tout épié descendit portant l'enfant, le remit dans le berceau et commença à le bercer... La mère s'empressa d'accomplir son vœu. Elle envoya ses architectes en Italie. A leur retour, ils construisirent une chapelle qui était l'exacte réplique de la Santa Casa de Loreto. La chapelle de Lorette fut donc construite au XVIIème siècle selon le souhait de la comtesse. Le sanctuaire primitif comportait un chœur rectangulaire aveugle, en briques et pierre bleue sur un haut soubassement calcaire. Une statue de la Vierge fut dotée richement de précieux joyaux par la châtelaine. Une nef classique de plan carré, en moellons de calcaire, lui fut ajoutée dans le 2ème tiers du XVIIIème siècle. A l’intérieur, on retrouve une dalle aux armes des Löwenstein-Wertheim-Rochefort, millésimée 1687.

Particularité de l'Ordre :

Elle est composé exclusivement de dames. La Confrérie "frère" de la Grusalle et de la Trappiste de Rochefort était et est encore composée exclusivement d'hommes. Ce ne fut que justice que de rééquilibrer les forces en présence.

Buts poursuivis :

Les Damoiselles veulent promouvoir les produits de bouche de la Cité du Rire et plus particulièrement les fromages.

Produits défendus :

Les Damoiselles proposent deux types de Croustisanes qui sont en fait des bouchées apéritives préparées à base des fromages de Rochefort. Ceux-ci sont fabriqués avec les recettes authentiques que les moines trappistes de Rochefort, qui brassent également la fameuse bière trappiste, utilisaient déjà au 19ème siècle. Ils durent arrêter cette production vers 1970, faute d'effectifs. C’est la société MATHOT, basée à Rochefort, qui a repris la fabrication en 1999. Elle propose six fromages : jeune, mi-vieux, aux noisettes, aux fines herbes, aux algues d’Ouessant et un dernier affiné à la trappiste.

• La première Croustisane est une tartelette sucrée/salée composée du fromage de Rochefort à la noisette, de pommes, d'une touche de miel et d'une pincée d’une épice secrète.

• La seconde est un chausson à base du fromage de Rochefort aromatisé aux algues d'Ouessant accompagné d'une purée de tomates séchées et de basilic.

Depuis 2017, les Damoiselles ont décidé de promouvoir également trois bières élaborées par la Brasserie de la Lesse, une brasserie artisanale coopérative installée à Eprave.

La Chinette

Bière blonde dorée de haute fermentation, refermentée en bouteille et titrant 6 %.
Il s'agit d'une bière à boire bien fraîche en toutes circonstances.
Sa particularité est d'être brassée avec une souche de levure anglaise.
Elle tire son nom des Chinards (personnages taquins) du village voisin de Buissonville.
Bière conditionnée en bouteilles capsulées de 33 cl.

      

Notes de dégustation :
Bière blonde, mousse blanche crémeuse abondante, pas de pétillance. Odeur moyennement houblonnées avec des senteurs d'épices légères et des notes florales.
Goût amer moyen, saveurs sèches en bouche avec des pointes de violette et herbacées suivies d'une astringence présente en fin de bouche.

La Cambrée

Bière ambrée de haute fermentation, refermentée en bouteille et titrant 6,5 %.
Elle allie rondeur et amertume. Il s'agit d'une bière à boire bien fraîche en toutes circonstances.
Sa particularité est d'être brassée avec une souche de levure américaine et un malt très spécial.
Elle a été élue "Meilleure Bière Ambrée de Wallonie" en 2012.
Bière conditionnée en bouteilles capsulées de 33 cl.

      

Notes de dégustation :
Bière ambrée, presque rousse, mousse blanche, d'abondance moyenne et onctueuse.
Au nez, on retrouve un arôme délicatement fumé sur fond d'alcool et en bouche, on ressent une saveur aigre-douce avec une pointe d'amertume en fin de dégustation.

La Rouge Croix

Bière brun-acajou de haute fermentation, refermentée en bouteille et titrant 7,5 %.
Une bière qui accompagnera idéalement gibier, raclette, et tous les plats au caractère franc.
Sa particularité est d'être brassée avec des malts caramel qui lui donnent un doux moelleux en bouche.
Elle tire son nom d’un cimetière mérovingien situé à la sortie du village d’Éprave.
Bière conditionnée en bouteilles capsulées de 33 cl.

      

Notes de dégustation :
Bière brune, mousse ocre crémeuse abondante, pas de pétillance. Odeur moyennement houblonnée avec des notes d'épices légères et de malt torréfié avec des senteurs fruitées d'agrumes.
Goût amer moyen, saveurs vineuses et légèrement acidulées avec des notes de café noir, herbacées, sèches en bouche avec une astringence moyenne en fin de bouche.

La tenue :

Les Damoiselles portent une robe d'un style un peu médiéval car elles veulent mettre l'accent sur l'aspect « ancestral » de la confrérie dans le sens où elles promeuvent les traditions d'une région.
La robe est bicolore: rouge et gris. Le gris pour rappeler la couleur de la roche et du château de Roche-Fort. Le rouge car c'est une des couleurs officielles de la ville de Rochefort mais surtout celle de l'amour (Et oui, ce sont des filles… !).

Les Roturières :

Elles effectuent une année de stage qui débute au chapitre de juillet.

Les Damoiselles :

• La Première Damoiselle (Grand-Maître).
• Les Grandes Damoiselles (membres du conseil d’administration).
• Les Damoiselles Fondatrices.
• Les Damoiselles (membres).

Bien évidemment, une même Damoiselle peut posséder plusieurs titres mais pas les Roturières.

L' attribut de l'Ordre :

Il s'agit d’une jambe ornée d’une jarretière qui symbolise la jambe de Josine de la Marck qui eut une si grande importance pour Rochefort que nos Damoiselles ont décidé de la mettre à l'honneur tout au long des activités de leur confrérie.
C’est la main sur cette jambe que les impétrants doivent prononcer le serment d’usage.

 

La médaille :

Elle représente une Damoiselle au devant des ruines du château comtal de Rochefort.
Si elle est portée autour du cou par les Roturières, les Damoiselles la porte autour de la taille.

 

 
 

Pour en savoir plus,

visitez le site de la confrérie

 
Retour à la liste des confréries
e-mail