CONFRÉRIE DU TIRE-BOUCHON ET DE LA TARTE DU VI PAURIN

 

Créée le 6 décembre 1977 en tant que confrérie oenologique, la Confrérie du tire-bouchon et de la tarte du vi paurin de Rixensart rejoignit en 1987 le Conseil Noble des Confréries Gastronomiques du Brabant Wallon et de Bruxelles-Capitale (CNBB) pour remettre à l’honneur la tarte du vi paurin, gourmandise rixensartoise tombée dans l’oubli.
La confrérie soutient aussi des institutions de Rixensart qui s’occupent d’enfants en difficulté.

Il y a longtemps, le long des sentiers poussaient de nombreux pommiers sauvages. Au retour des champs, les grand-mères ramassaient les pommes avec lesquelles elles confectionnaient des tartes pour leurs petits-enfants. Pour adoucir le goût suret des pommes, elles intercalaient une couche de crème vanille entre deux couches de pommes et y ajoutaient raisins secs, sucre et amandes. Cette douceur ne coûtait pas grand-chose et faisait le régal des petits et des grands.

Pourquoi l’appellation tarte du "Vi Paurin" ?

Les habitants de Bourgeois, un hameau de Rixensart, avaient remarqué que les résidents du centre de la localité étaient très économes. Parfois cette économie frisait l’avarice lorsque le Rixensartois insistait pour obtenir services ou marchandises au plus bas prix, voire même pour rien ("pô rin" en Wallon). De là, le nom Pô Rin, devenu Paurin, attribué ironiquement par les habitants de Bourgeois aux habitants de Rixensart.

Notre prochain chapitre aura lieu le dimanche 24 février 2019.

 

CHAPITRE :

CONTACT :

TEL :

EMAIL :

En janvier ou février des années impaires.

Mme. Colette LEVEAU - avenue de Nivelles 45 A - 1300 LIMAL

010/41.73.49

jcleveau@yahoo.fr

   
   

Pourquoi une confrérie oenologique ?

On ne peut affrrmer formellement que la culture de la vigne était pratiquée anciennement dans l'entité. On relève toutefois dans l'atlas cadastral de Belgique publié en 1837, un lieu­dit dénommé "le vignoble", à Rosières-Saint-André.
De plus on trouve à Rixensart, l'avenue du Fond de la Vigne et un terrain du Château de Rixensart s'appelle "el fond del Veigne", en patois local. Ce sont là des indices qui permettent de penser que le vignoble rixensartois était bien une réalité.

La tarte du "Vi Paurin"

Les recherches menées par la confrérie et le cercle d'histoire locale, ont permis de retrouver la recette d'une tarte fabriquée à Rixensart, mais tombée dans l'oubli, depuis la fin des années 60. La confrérie, en collaboration avec l'Echevinat du Commerce de la Commune et des pâtissiers de l'entité, a relancé ce met typique du terroirn local.
C'est une tarte aux pommes, tendre, onctueuse et baveuse de crème pâtissière. Elle se compose de compote de pommes, de crème pâtissière, de raisins secs macérés dans du rhum ambré, de quartiers de pommes, de sucre et d’amandes. Le tout disposé en couches sur un fond de pâte levée sucrée.

En voici la recette :

Sur un fond de pâte, on dépose une couche de compote de pommes, puis de crème pâtissière, ensuite de fines rondelles de pommes, pour terminer par un saupoudrage de sucre et d'amandes à poids égal dans deux oeufs battus.
Un four à 250°C pendant 25 minutes transformera cet ensemble en une tarte onctueuse.

Le Kir-Bouchon

Le Kir-Bouchon est un apéritif qui est le compagnon pétillant idéal pour la tarte. A base de liqueur de cassis et de... Le reste est un secret que Dame Colette ne vous dévoilera pas, même sous la torture !

La tenue

Les confrères du Collège et du Conseil sont togés, tandis que les Compagnons sont capés.
Le rouge bordeaux et l'or des toges et des capes rappellent les couleurs de Rixensart. Les confrères et consoeurs portent en sautoir un tire-bouchon doré et arborent un taste-vin en étain sur l'epaule droite.
Ils portent une médaille représentant une grappe de raisins tandis que sur l'épaule gauche, ils arborent l'épitoge, rehaussée des armoiries de la Commune.

 

 

   
 
Retour à la liste des confréries